Vers une biographie en détails

Maison natale de JF à Louiseville Jacques Ferron naît à Louiseville, le 20 janvier 1921, dans le comté de Maskinongé qui deviendra un des hauts lieux de sa géographie intime et littéraire. Après la mort de sa mère, il vit surtout en compagnie des femmes, auprès des Filles de Jésus du Jardin de l'Enfance de Trois-Rivières. Il fait son cours classique au Collège Brébeuf où il Brébeuf 1935apprécie l'enseignement du père Robert Bernier. Il se lie à Pierre Baillargeon, rencontre Pierre Laporte et Pierre Elliott Trudeau. «Moraliste précoce et précieux, timide, grand seigneur, aisément narquois», Ferron écrit déjà «admirablement bien», se rappelle Pierre Vadeboncoeur («Dix lettres de Jacques Ferron», Études littéraires, p. 105).

A l'Université Laval, il prête le serment d'Hippocrate et devient médecin: «ce sera le médecin qui entretiendra l'écrivain. Je serai mon propre mécène» (Gaspé-Mattempa, p. 43). Enrôlé dans l'armée canadienne, il visite le Canada et se retrouve au camp de Grande-Ligne «partagé entre les prisonniers allemands et les bons Olds Vets qui les gardaient, neutre comme un bon Québécois» (ibid., p. 10).

Maison de JF à Grande-Madeleine (photo Pierre Cantin)Délaissant une carrière aisée à la ville, il s'installe pour deux ans à Petite-Madeleine en Gaspésie. En 1949, il s'établit à Ville Jacques-Cartier sur la Rive-Sud de Montréal, où il est consterné par la situation linguistique, par la détérioration du français qui se décompose au contact de l'anglais.

Dans les années qui suivent, le militant pacifiste sympathise avec les idées socialistes,Revue socialisterencontre les opposants au régime duplessiste et les futures têtes d'affiche du mouvement indépendantiste. Par l'intermédiaire de sa soeur Marcelle Ferron, il connaîtra aussi le groupe des Automatistes de Paul-Émile Borduas.

Information médicale 1975Ses historiettes et ses lettres aux journaux se multiplient, mêlent politique, histoire et littérature.
Entre les petites gens qui visitent le médecin et la vie publique de l'écrivain militant, une oeuvre prend forme lentement.

Les célèbres contes sont écrits durant cette période de réveil, de transition, et montrent bien que Ferron fut «le dernier d'une tradition orale, et le premier de la Contes du pays incertaintranscription écrite.» («Le Mythe d'Antée» dans Escarmouches 2, p. 34.)

Collage de titresÉcriture prolifique, grandes oeuvres, genres multiples, critiques favorables, prix littéraires, la décennie soixante reconnaît et consacre l'écrivain Jacques Ferron. Mais entre l'auteur du Ciel de Québec et le futur négociateur et démystificateur de la crise d'Octobre, entre l'écrivain et l'homme public, chef du Parti Rhinocéros, il y a une sorte de malentendu: «"Ah! vous nous faites rire"», fait-il dire à ses lecteurs, et «parce qu'ils riaient, j'ai eu droit à un laissez-passer d'humoriste. Je m'en suis beaucoup servi pour aller à ma guise.» Rhinocéros(«Faiseur de contes» dans ibid., p. 29)

Risque et ambiguïté de l'engagement, bien sûr, mais aussi de l'ironie ferronienne avec laquelle il imagina son «pays incertain». Paradoxe d'autant plus significatif que cette reconnaissance quasi unanime survient au moment où, après deux contrats professionnnels dans des hôpitaux psychiatriques et une crise personnelle assez grave, il comprit «que la politique était secondaire et que primait le rapport du moi et des autres.» (ibid.)

A partir de 1973, Ferron se consacre à un grand livre sur la folie, le Pas de Gamelin jamais complété d'où sortiront ses derniers livres et des «contes d'adieu». On y retrouve la maîtrise du faiseur de contes et l'incertitude emblématique du mécréant: «Aurais-je vécu dans l'obsession d'un pays perdu? Alors, Seigneur, je te le dis: que le Diable m'emporte.» («Les Deux Lys» dans la Conférence inachevée, p. 222) Jacques Ferron meurt le 22 avril 1985, à l'âge de 64 ans.




   
 
Notre équipe
Rédaction et conception générales : Luc Gauvreau
Collaborateurs : Pierre Cantin, André Berger, Marcel Olscamp avec le soutien et les encouragements de Marie et de Martine Ferron, et l'aide financière du groupe de recherche "Éditer Ferron" et de la Fondation du Prêt d'honneur de la Société Saint-Jean-Baptsite
Conception et réalisation du site Internet par Vortex Solution