Pour en savoir plus


Biographie

Mélanie Desmeules, Jacques Ferron. Le libre penseur, Montréal, Lidec, coll. « Célébrités », 2007, 64 p.

 

La société québécoise est marquée par d’importants changements, entrant ainsi dans ce qu’on appelle la modernité. À sa manière, Ferron a participé à cette transformation profonde du Québec. Cette biographie vous fera découvrir ce grand homme.

Auteur de 12 pièces et dialogues de théâtre, 15 romans et récits, 71 contes, des dizaines de conférences et de sorties médiatiques, des centaines d’historiettes, essais et autres textes épars, des milliers de lettres...

Une oeuvre reconnue tant au Québec qu’à l’étranger, et qui impressionne encore par son ampleur, sa diversité et son originalité.

Consultez le site de Lidec pour plus d'informations.


Biographie

Marguerite Paulin, Jacques Ferron. Le médecin, le politique et l'écrivain, Montréal, XYZ, coll. « Grandes Figures », 2006, 165 p.

 

Jacques Ferron a créé un univers littéraire complexe, rempli de néologismes tout autant que de considérations historiques et généalogiques. Au surplus, il est drôle, iconoclaste et instructif. Un grand auteur à connaître et à lire.

Marguerite Paulin fait entrer Jacques Ferron dans le panthéon des « Grandes figures », une collection conçue par André Vanasse et les éditions XYZ.

Cette biographie présente le fils du notaire Ferron et d’Adrienne Caron à travers les deux grandes passions de sa vie, la politique et la littérature, et sa profession qui lui permit d’entrer par « la porte d’en arrière » pour rencontrer la vraie vie.

Consultez le site de XYZ éditeur pour plus d'informations.


Entretiens
Par la porte d'en arrière

Jacques Ferron et Pierre L'Hérault, Par la porte d'en-arrière. Entretiens, Montréal, Lanctôt éditeur, 1997, 318 p.

 

Jacques Ferron affectionnait particulièrement les historiettes, parce qu'elles lui permettaient, disait-il, d'«entrer par la porte d'en arrière» et de surprendre la «vie sans apprêt». Ces entretiens , sans forcer l'intimité ni jamais tomber dans la futilité, auront permis à cet écrivain, un des plus grands, de mieux se raconter. Les lecteurs, eux, y comprendront que souvent son humour et son ironie masquent ses doutes sur son oeuvre, sur lui-même et sur le pays incertain.

«Quant à ceux et celles qui sont moins familiers avec Ferron, explique Pierre L'Hérault dans sa présentation, puissent-ils prendre plaisir à découvrir à travers cette sorte d'autoportrait l'observateur perspicace qu'il fut, opposant aux discours convenus ses interprétations personnelles, volontiers provocatrices et déconcertantes mais toujours pénétrantes, cherchant à comprendre, à dire et à favoriser cette «mutation de l'espèce» québécoise au creux de laquelle, pour reprendre ses termes, il s'est trouvé...» Ces entretiens ont été réalisés en 1982, quelques années avant le décès de Jacques Ferron.

Consultez le site des éditions Fides pour plus d'informations.


BiographieLe Fils du notaire (Lanctot)

Marcel Olscamp, Le fils du notaire. Jacques Ferron 1921-1949. Genèse intellectuelle d'un écrivain, Montréal, Fides, 1997, 425 p.

 

Jacques Ferron fut l'un des auteurs les plus prolifiques du Québec. Très fortement marquée au sceau de l'autobiographie, son oeuvre incite à un examen minutieux du rapport entre la vérité et l'affabulation: en quoi les écrits ferroniens different-ils de la réalité, et surtout, à quoi tend ce processus de «fictionnalisation» des personnes et des lieux?

Le parcours du jeune Ferron illustre le paradoxe d'un homme né dans une famille aisée, éduqué dans l'amour de la culture française, prédestiné à une carrière sans histoire, et qui un jour se détourna de ce destin par conviction sociale. Comment un membre de l'élite intellectuelle en vient-il à prendre systématiquement le parti des plus modestes, au point où toute son oeuvre littéraire finit par se ressentir de ce choix existentiel?

Cette biographie permet aussi de jeter un regard neuf sur de nombreux aspects mal connus de l'histoire récente du Québec. Sur les traces de cet homme aux multiples facettes, nous nous trouvons à éclairer simultanément, de l'intérieur, différents mouvements d'idées auxquels pouvait être exposé un jeune Québécois de bonne famille durant les années 1920 à 1950.


Biographie de la mèreAdrienne de M. Ferron

Madeleine Ferron, Adrienne. Une saga familiale, Montréal, Boréal, 1993, 251 p.

 

«Par suite d'un mystérieux accident sociologique dont il reste encore à déterminer les causes profondes, Adrienne Caron, épouse du notaire Ferron de Louiseville, donna naissance, il y a quelques décennies, à cinq enfants dont trois — Jacques, Madeleine et Marcelle — devinrent des artistes avantageusement connus dans tout le pays. Depuis lors, l'histoire familiale des Ferron — ou ce que Jacques présente comme telle! — est étudiée dans toutes les facultés de lettres, et la famille se trouve impliquée, qu'elle le veuille ou non, dans des récits au statut ambigu qui hésitent entre la critique sociale et la fiction.

À ces textes autobiographiques il faut maintenant ajouter le beau livre de Madeleine Ferron, intitulé Adrienne en hommage à la mère trop tôt disparue. À partir des mêmes papiers de famille, la romancière cherche elle aussi à reconstituer, avec un peu plus de rigueur que son aîné, l'histoire de son ascendance maternelle (les Caron) et tente de rétablir les faits là où Jacques a pu pécher par des jugements trop expéditifs.» (Extrait de la critique de Marcel Olscamp, «Dialogue secret», Spirale, n° 132, avril 1994, p. 27. Lire la suite)


Film

Le cabinet du docteur Ferron, réalisé par Jean-Daniel Lafond, Office national du film, 2004, 81 minutes.

Un film-pèlerinage dans les pas de Jacques Ferron, écrivain-médecin aux imprévisibles métamorphoses et aux masques multiples, redoutable polémiste et empêcheur de penser en rond : un jour il avait promis qu'après sa mort, il reviendrait sous forme de poil à gratter... Sur les traces de cet homme engagé dans les luttes sociales et dans la mutation du Québec contemporain, le cinéaste, pris au jeu du miroir, part à l'aventure, à la rencontre d'un écrivain dont l'oeuvre balise le parcours tant géographique que psychologique.
(Consultez le site de l'ONF)


Film

Jacques Ferron : le polygraphe, réalisé par Claude Godbout, Office national du film, série: Profession écrivain, 1982, 26 min.

Collage de photos ONF

Biographie de l'écrivain québécois Jacques Ferron, récipiendaire du Prix Duvernay 1974. Fondateur du parti Rhinocéros, Ferron a su mener de front trois carrières : la politique, la médecine et l'écriture. À ce dernier titre, on le reconnaît comme un observateur ironique et sensible de la société québécoise d'autrefois. (Texte et images, Office nationale du film)

En haut



Plus de deux heures pour voir et entendre l'écrivain sur le site des Archives de Radio-Canada.
Archives de Radio-Canada

   
 
Notre équipe
Rédaction et conception générales : Luc Gauvreau
Collaborateurs : Pierre Cantin, André Berger, Marcel Olscamp avec le soutien et les encouragements de Marie et de Martine Ferron, et l'aide financière du groupe de recherche "Éditer Ferron" et de la Fondation du Prêt d'honneur de la Société Saint-Jean-Baptsite
Conception et réalisation du site Internet par Vortex Solution