Théâtre et pièces radiophoniques

«Le théâtre, ce n'est jamais gratuit, c'est machiné, prémédité, concerté, c'est un appareil de sédition masqué par les feux des projecteurs et les besoins de l'amusement. Si la représentation d'une pièce a du sens, c'est par la conspiration qu'il y a derrière.» (Les Grands Soleils, p. 382)

Pour des informations complémentaires, des indications sur la durée, le genre, le sujet et le nombre de personnages, consultez le Répertoire des auteurs dramatiques du Centre des auteurs dramatiques (CEAD)
ou le Répertoire théâtral québécois de l'Association des auteurs dramatiques du Québec (AQAD).

2000 Jacques Ferron: autour des commencements, Outremont, Lancôt éditeur, Cahiers Jacques-Ferron, no 4-5, 2000, 357.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Jacques Ferron: autour des commencements
Présentation (extraits) par Patrick Poirier

Des Grands Soleils à La conférence inachevée, des Contes du pays incertain aux Confitures de coings, l’œuvre de Jacques Ferron, pour notre plus grand bonheur, n’a jamais su se fixer : insaisissable, polyphonique, elle nous échappe encore, nous interpelle toujours (comme en témoigne l’abondant discours critique des dernières années), cinquante ans après la parution de L’Ogre aux Cahiers de la File indienne. [...]
Rien d’étonnant, en ce sens, à ce que les études de ce collectif fassent appel aux premiers contes de Ferron comme aux derniers écrits de La conférence inachevée C’est dire que nous ne cherchons pas dans ces pages à périodiser l’œuvre ferronienne à l’intérieur d’un cadre qui en fixerait le début et la fin, excluant du même coup certaines œuvres qui pourraient alors être jugées trop tardives. [...]
Jacques Ferron : autour des commencements. Si nous avons retenu ce titre, en définitive, ce n’est donc pas pour faire fond sur quelque texte fondateur, Saint-Graal qui donnerait tout son sens à l’œuvre à venir, mais bien parce qu’il nous situe, et l’auteur avec nous, dans le voisinage des commencements, en bordure et en marge des origines, dans leurs entours et leurs alentours, à distance incalculable, en périphérie, dirions-nous, comme si déjà nous étions en présence d’une nébuleuse.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1993 Les pièces radiophoniques, Hull, Vent d'Ouest, 1993, 268 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Les pièces radiophoniques
Les pièces radiophoniques regroupent quatre textes inédits de Jacques Ferron: «J'ai déserté Saint-Jean-de-Dieu», «Les cartes de crédit», «Les yeux» et «La Ligue des bienfaiteurs de l'humanité».

Dénonçant tour à tour les pratiques abusives de la méde-cine psychiatrique, l'entreprise de «terrorisation» sociale d'octobre 1970, la fermeture administrative de villages de l'Est québécois et les vendeurs de chimères, Jacques Ferron, humaniste lucide, pamphlétaire corrosif, «prend ici les cbe-mins et la voix de l'homme seul, du pays trahi, de la liberté perdue, du complot, de la folie» (L. Mailhot).

NationaIiste passionné, homme de combat ancré à gauche, esprit critique, Jacques Ferron a pratiqué la médecine en milieu populaire. Écrivain, il a touché à tous les genres et son oeuvre lui a mérité de nombreux prix. Il était l'un des plus grands conteurs de la francophonie.

Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1975 Théâtre II, Librairie Déom, 1975, 192 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Théâtre II
(Voir Théâtre I)
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1968 Théâtre I, Librairie Déom, 1968, 229 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Théâtre I
L'oeuvre de Jacques Ferron a mis du temps à s'imposer, mais j'ai comme l'impression qu'elle s'est désormais installée pour de bon, enracinée bien solidement dans le pays et les esprits. Il a commencé par écrire un théâtre mi-fantaisiste mi-moraliste pour devenir un épistolier dont la vertu dominante était l'irrespect, vertu de la jeunesse. Par l'intermédiaire des journaux, maître Ferron faisait savoir à tout un chacun sa façon de voir les choses. Il y mettait toujours de quoi faire lever en vous le doute ou l'inquiétude. Il avait, pour tout dire, l'art de troubler les esprits. A son crédit, dès le départ, il y avait l'ironie et une certaine connaissance du pays qui devaient donner leurs meilleurs fruits dans les Contes et les Grands Soleils. Il n'a fait que rechercher la vérité collective à travers les petites vies individuelles, et il habite maintenant au coeur d'un pays réel et imaginaire à la fois, qui lui appartient en propre, mais qu'il nous arrive de reconnaître pour le seul où il nous soit possible de vivre en toute liberté.

Chez Ferron, la verve de Marcel Aymé se conjugue avec l'humour critique de Shaw dans un climat féerique et giralducien. Si le bon docteur était affligé d'un complexe, ce serait celui de Socrate: que fait-il, en effet, si ce n'est accoucher notre conscience de peuple incertain?

André Major

Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1965 La sortie, Écrits du Canada français, 1965, 38 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
La sortie
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1963 Cazou ou le Prix de la virginité, Éditions d'Orphée, 1963, 86 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Cazou ou le Prix de la virginité
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1963 La tête du roi, AGEUM, 1963, 93 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
La tête du roi
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1958 Les grands soleils, Éditions d'Orphée, 1958, 180 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Les grands soleils
La pièce du docteur Ferron, Les grands soleils, est la première pièce de théâtre québécois à laquelle j'assiste qui ne soit pas écrite au conditionnel. C'est un magnifique exemple (combien précieux et exaltant) de ce que peut être un théâtre décolonisé. De ce que peut être un théâtre québécois libre. De ce que peut être un théâtre libéré. [ ... ] C'est une pièce touffue, subtile, maligne, subversive, lucide.

Jean-Claude Germain, Le Petit Journal

La dramaturgie québécoise vient de s'enrichir d'une pièce unique et assez extraordinaire. Qui marque un pas important, sinon le plus grand, dans la jeune histoire de notre théâtre. Pour la première fois, une pièce de théâtre apporte l'humour, l'ironie et la satire pures sur nos scènes. La pièce de Ferron est incontestablement universelle, en ce sens qu'elle incarne notre réalité québécoise à même l'éternel combat de l'homme, celui entre la vie et la mort.

Jean Royer, L’Action

Mieux que quiconque, Jacques Ferron a inventé le folklore de notre humiliation et de la folle espérance que le temps finira par arranger l'Histoire.

André Major, Le Devoir

Pendant que l'on ricane, le drame de Saint-Eustache se joue devant nos yeux. À la fin, on se rend compte que Jacques Ferron a écrit une pièce qui dépasse le nationalisme québécois.

Edgar Demers, Le Droit

Les grands soleils, c'est sublime, baroque, étincelant, déroutant, moqueur, passionnant, mélancolique, ironique.

René Berthiaume, La Tribune de Sherbrooke

Les grands soleils, une grande page d'histoire, témoin d'un vent nouveau...

Jean-Yves Théberge, Le Canada français

Quand personne n'est susceptible de se reconnaître dans le visage des protagonistes, le théâtre ne dérange personne. On est bien forcé de se reconnaître dans le théâtre de Ferron et de constater qu'on est pas que beau mais tout plein de défauts et de vices cardinaux qui améliorent la beauté.

Réginald Martel, La Presse

(Présentation de la réédition de Théâtre I dans la collection «Typo» en 1990)
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1958 Le licou, Éditions d'Orphée, 1958, 103 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Le licou
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1957 Le cheval de Don Juan, Éditions d'Orphée, 1957, 223 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Le cheval de Don Juan
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1956 Tante Élise ou le Prix de l'amour, Éditions d'Orphée, 1956, 102 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Tante Élise ou le Prix de l'amour
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1956 Le dodu ou le prix du bonheur, Éditions d'Orphée, 1956, 91 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
Le dodu ou le prix du bonheur
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1951 La barbe de François Hertel, suivi de: Le licou, Éditions d'Orphée, 1951, 40 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
La barbe de François Hertel, suivi de: Le licou
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.

1949 L'Ogre, Les Cahiers de la File indienne, 1949, 83 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)
L'Ogre
Une présentation sera bientôt disponible.
Cliquez sur le titre ou ici pour une présentation, un extrait, des jugements critiques, etc.




Présentation
Nouveautés
Contes
Romans et récits
Théâtre
Historiettes et essais
Correspondances
Lettres aux journaux
Traductions

   
 
Notre équipe
Rédaction et conception générales : Luc Gauvreau
Collaborateurs : Pierre Cantin, André Berger, Marcel Olscamp avec le soutien et les encouragements de Marie et de Martine Ferron, et l'aide financière du groupe de recherche "Éditer Ferron" et de la Fondation du Prêt d'honneur de la Société Saint-Jean-Baptsite
Conception et réalisation du site Internet par Vortex Solution