PIERRE CANTIN
L'auteur par lui-même

Jacques Ferron, polygraphe
Essai de bibliographie suivi d'une chronologie
(Préface de René Dionne)

Vers le module de recherche

La connaissance de l'oeuvre polymorphe de Jacques Ferron, publiée sinon éparpillée dans plus d'une soixantaine de maisons d'édition, de revues et de périodiques durant près de cinquante ans, ne serait pas ce qu'elle est sans la publication de cet «ouvrage de recherche fondamentale» (R. Dionne). Cette bibliographie exhaustive de Pierre Cantin est devenue rapidement la Bible des études ferroniennes, ou mieux, l'équivalent du catalogue Koechel pour le classement des 700 oeuvres de Mozart, puisqu'un jour on fera sans doute référence au Saint-Élias en mentionnant «C. 39», comme «K. 525» correspond à La petite musique de nuit de Mozart! Jacques Ferron, polygraphe représente aussi un document précieux pour connaître la littérature québécoise et son institution au XXe siècle.
En plus de la première partie disponible maintenant en ligne, le
Polygraphe contient aussi la totalité de ce qui a été écrit sur Ferron jusqu'en 1984. Pierre Cantin a répertorié ainsi près de 3 000 documents, de la thèse de doctorat à la mention du nom de Ferron dans L'Église canadienne de janvier 1970 (notice 2-2853)!!! Éventuellement, l'ensemble de ce travail sera disponible à nouveau en ligne pour réparer le pilonnage de cette somme essentielle à la connaissance de l'oeuvre de Ferron.

Avec l'aide de ses nombreux collaborateurs, Pierre Cantin a aussi révisé, préparé, annoté et participé à l'édition de plus d'une dizaine d'oeuvres de son Docteur admirable: Les pièces radiophoniques, L'amélanchier, Les roses sauvages, Le ciel de Québec, Le Saint-Élias, La conférence inachevée, Les lettres aux journaux, Le contentieux de l'Acadie, Gaspé Mattempa. Ce dévouement gratuit fait dans l'ombre des grands honneurs vient de mériter à l'auteur du Polygraphe le titre d'Éminence de la Grande Note. C'est au cours d'une rencontre amicale qu'un diplôme lui fut remis par Madame Madeleine Lavallée-Ferron au nom de la Société des Amis de Jacques Ferron à l'occasion du colloque Éditer Ferron, tenu dans le cadre du congrès de l'Acfas à Ottawa le 14 mai 1999.
De plus, il est un bibliographe émérite qui a publié avec René Dionne plusieurs ouvrages de référence.


Pierre Cantin par lui-même

A d'abord fait métier de piqueheure (terme qui désigne ceux qui débusquent les antiquités) : il a en effet rapaillé le corpus ferronien ! A publié ses rapaillages, qui valent bien ceux du Chanoine! (Et vlan!)
A connu, comme l'Éminence de la Grande Corne, les douleurs du pilon! Ah, ces jésuites! Puis, audacieux, a édité, ou réédité un peu moins d'une dizaine d'oeuvres... (dont celui qui viendra tantôt...) de l'Admirable Docteur, avec l'aimable complicité de quelques fanas de la grande ferronnerie : Marie Ferron, Paul Lewis, Roger Blanchette, Luc Gauvreau, Marcel Olscamp, Gaétane Voyer (quelques-uns d'entre eux sont depuis devenus des célébrités!), sans oublier le comparse Jacques Lanctôt, dont il tient à souligner la patience et la générosité.
Il fut  le premier Rhinocéros francophone à traverser, en tenue de combat, la rivière des Outaouais pour s'assurer de la loyauté des gendarmes de sa gracieuse majesté Bébette, au cas zoù la grosse bébête grise aurait pris le pouvoir! Tire sa pitance de son emploi de précepteur dans un zoogeppe à quelques pas des ruines hantées de Mackenzie King...

en haut




   
 
Notre équipe
Rédaction et conception générales : Luc Gauvreau
Collaborateurs : Pierre Cantin, André Berger, Marcel Olscamp avec le soutien et les encouragements de Marie et de Martine Ferron, et l'aide financière du groupe de recherche "Éditer Ferron" et de la Fondation du Prêt d'honneur de la Société Saint-Jean-Baptsite
Conception et réalisation du site Internet par Vortex Solution